Causes et conséquences de l'abstention

Pas facile de faire un bilan objectif de ces élections cantonales. Claude Guéant à l'Assemblée, le 29 mars 2011 a tenu à souligner que "le bloc de gauche a perdu, par rapport aux élections de 2004, 1,4 point" et "quatre points" par rapport aux régionales de 2010. Il a proposé deux explications de cet échec :

  • "nos concitoyens se sont abstenus parce que l'élection du conseiller général manque de visibilité"
  • "c'est la méfiance des Français qui ne croient plus en leurs élites"

Des sondages s'efforcent maintenant d'expliciter les raisons de ce tsunami de l'abstention, des raisons qui éclairent les résultats à Nogent.

 

Une première série d'explications relèvent de la prédominance des enjeux nationaux sur les enjeux locaux :

  • 45% de ceux qui ont voté déclarent qu’ils ont tenus compte avant tout de la situation politique au niveau national
  • avec un souhait de voir renforcées à l’occasion de ces élections certains partis politiques : les écologistes (63%) , le parti socialiste (50%) et le FN (38%)

A Nogent, on retrouve bien ces priorités à l'issue du premier tour. A cela s'ajoute le manque de lisibilité sur l'action et les missions du Conseil général, confusion qui était évidente lors du débat entre les candidats. Les électeurs étaient incapables d'émettre un avis circonstancié sur le bilan et encore plus sur les projets du Conseil Général.

Toutefois, la prédominance de la politique nationale n'explique pas l'abstention. Les élections régionales de 2010 se sont passées dans un contexte similaire : flou artistique sur les actions de la Région (notamment, dans le cadre du grand Paris, mélange entre la responsabilité de l'Etat et de la Région) et politisation du scrutin. Pourtant, à Nogent, la participation a été de 45% en 2010 pour seulement 35% en 2011. Il faut donc trouver d'autres explications.

Le profil des abstentionnistes fait apparaitre que :

  • l'abstention touche toutes les couches sociales mais est légèrement plus faible lorsque le niveau socio-professionnel et les revenus augmentent. A Nogent, où le niveau social est supérieur à la moyenne, la participation aurait du être supérieure au 45% observé en moyenne nationale.
  • l'abstention est très élevée chez les jeunes (3/4 des jeunes s'abstiennent y compris les étudiants) et beaucoup plus faible chez les vieux (2/3 des retraités votent). A Nogent, où la population est plus âgée que la moyenene,cela aurait également du jouer en faveur d'une participation supérieure à la moyenne nationale.
  • l'abstention est plus importante chez les électeurs centristes (10 points de participation en moins par rapport aux extrêmes UMP-FN/FG-PS) et chez ceux qui ne se reconnaissent dans aucun parti. Ce sont les seuls critères qui peuvent expliquer la très faible participation des électeurs à Nogent (35% contre 45% au niveau national) et qui peuvent consoler ceux qui n'affichaient pas un positionnement politicien et qui ont fait de très mauvais scores.

La sociologie des électorats permet de mieux comprendre la ré élection de M Martin. Les électorats UMP et FN ont une certaine proximité :

  • ces deux partis sont majoritaires chez les retraités et les électeurs peu diplômés
  • ils se distinguent sur le critère des revenus, l'UMP ayant surtout des électeurs à revenu élevé et le FN ceux à faible revenu
  • cette proximité sociologique, à laquelle s'ajoute la proximité du discours politique, explique un très bon report des voix FN sur M Martin au second tour.

Forte abstention de l'électorat modéré, faible abstention chez les retraités, qui votent majoritairement pour l'UMP ou le FN, et bon report de voix du FN vers l'UMP éclairent le duel gauche-droite du second tour et la victoire de la droite conservatrice à Nogent.

Ce schéma est-il reproductible ? Cela dépendra avant tout de la crédibilité d'une candidature qui puissent s'adresser à un électorat modéré :

  • en 2012, au niveau national, c'est le segment que pourrait préempter Dominique Strauss Kahn
  • au delà, à Nogent, tout reste à faire...

Mis à jour (Jeudi, 31 Mars 2011 05:40)

 

Commentaires  

 
0 #3 GILLES Michel 16-04-2012 14:01
cet article a été écrit en mars 2011
à l'époque qui pouvait prévoir ?
force est de constater que personne n'est en mesure d'occuper ce terrain aujourd'hui
Citer
 
 
0 #2 Leca Notier 16-04-2012 13:57
"en 2012, au niveau national, c'est le segment que pourrait préempter Dominique Strauss Kahn"
J'ai entendu dire que DSK n'est plus dans la course....
17 avril 2012
Citer
 
 
0 #1 Leca Notier 16-04-2012 13:56
"en 2012, au niveau national, c'est le segment que pourrait préempter Dominique Strauss Kahn"
Tenez-vous au courant: DSK n'est plus dans la course....
Citer
 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir