Le nez sur le rétroviseur

Gouverner c'est prévoir.

Pour sortir de cette gestion au rétroviseur, nous demandons à connaître les engagements financiers correspondants aux multiples annonces pré électorales (requalification du marché, gymnases rue Jean Monet, construction d'une nouvelle école Victor Hugo,...) : quelles sont les dépenses d'investissement à prévoir pour les années 2014-2015-2016 et comment seront-elles financées ? Voilà ce que devrait être la gestion des finances de la ville.

En théorie, le débat d'orientations budgétaires a pour but de renforcer la démocratie participative en instaurant une discussion au sein du conseil municipal sur les priorités et les évolutions de la situation financière de la ville.

Il doit se concevoir comme un outil pédagogique associant la majorité et l’opposition.

A Nogent sur marne, ce « débat » n'est qu'une séance d’auto-justification de la majorité municipale qui arrive trop tard pour être utile : comment débattre de perspectives budgétaires alors qu'un tiers du budget de l'année a déjà été engagé ?

Mais ce retard s'explique par l'incapacité de la majorité municipale à équilibrer son budget sans avoir à ponctionner sur les réserves. Jugez plutôt :

 

Années

Résultat reporté de l'année précédente

Virement à la section d'investissement

Déficit de la section de fonctionnement

2009

6,4 M€

5,5 M€

- 0,9 M€

2010

5,7 M€

4,6 M€

-1,1 M€

2011

5,7 M€

4,8 M€

-0,9 M€

2012

5,8 M€

4,6 M€

-1,3 M€

 

On constate donc que chaque année la section de fonctionnement est en déficit (ce qui interdit le vote du budget primitif en début d'année) et que ce déficit se creuse.

Ce déficit continuera à se creuser en 2013 compte tenu des prévisions de dépenses de fonctionnement.

Pourtant l'avenir est sombre : stagnation voire diminution des dotations de l'Etat compte tenu de la crise économique qui impose à chacun de faire un effort, ralentissement du marché de l'immobilier, ce qui se traduira par une baisse des recettes de l'ordre de 1 M€ par rapport à 2012.

Les orientations budgétaires auraient du donner le signal d'une volonté de diminuer les dépenses. Il n'en est rien :

  • les charges courantes progressent de 4,61 %. Si certaines dépenses sont subies d'autres sont contestables. Est-il nécessaire de multiplier les études et conseils ? N'y a t'il pas parmi les adjoints au maire des élus capables de négocier avec les banques, ou de réfléchir ? Pourtant l'augmentation de leurs indemnités (+28%) laissaient croire qu'ils avaient quelques compétences.

  • Les frais de personnel augmentent de 4,42 %. là encore la ville subit les hausses de charges patronales mais continue à recruter des agents non titulaires (+20). Ne fallait-il pas entreprendre plus tôt l'étude sur l'organisation du travail ?

 

La conséquence de ces nouveaux dérapages est une augmentation probable de la dette. Rappelons que la promesse faite en 2008 était de ramener la dette de la ville à 14 M€ et que cette dette se situe aujourd'hui à 23 M€.

Pourtant , depuis 2008, aucun investissement majeur n'a été réalisé. Les écoles de Nogent sont saturées et il est prévu de fermer l'école maternelle Victor Hugo pour y effectuer des travaux trop souvent reportés. Ce n'est qu'en 2013 que seront lancées les études. Les travaux sont repoussés au-delà des élections municipales de 2014. Avec toutes les constructions nouvelles qui fleurissent, à l'aide de dérogations systématiques aux règles d'urbanisme, il eut été prudent de s'en inquiéter auparavant.

Aussi faut-il en catastrophe programmer des créations de classes à l'école maternelle Fontenay et la mise aux normes des préfabriqués de l'école dite provisoire Marie Curie.

Mis à jour (Dimanche, 03 Mars 2013 10:16)

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir